Spiritualité, militantisme, vie du monde et vie quotidienne

Ouverture d'esprit

Expérimentation animale

Expérimentation animale

2-8 ExpAnimal beagle3

Utiliser des animaux comme « outils de recherche », « éprouvettes vivantes » n’est pas moral. De plus, aucune espèce ne peut servir de modèle biologique fiable pour une autre. One Voice agit pour l’abolition de l’expérimentation animale ainsi que le développement et l’utilisation de méthodes substitutives.

Réduire l’animal à un objet de recherche n’est pas moral. Dans les élevages, les laboratoires ou les centres de recherche, la vie de l’animal n’est pas respectée. Investigations menées en caméra cachée et sauvetages d’animaux, entre autres, réalisés par One Voice attestent, si besoin était, des souffrances subies. Aussi, notre association est abolitionniste en matière d’expérimentation animale. D’autant plus, que nombre d’affaires récentes tendraient à remettre en cause le modèle animal comme modèle biologique fiable pour une autre espèce.

Utilisation de méthodes substitutives
Qu’il s’agisse de la mise au point de produits ou de la recherche en milieu universitaire, One Voice milite pour l’utilisation de
méthodes substitutives. Plus fiables, moins coûteuses, aux résultats plus rapides, ces méthodes permettraient d’éviter la souffrance et d’épargner la vie des millions de chats, chiens, souris, chevaux, singes, oiseaux, ovins, caprins, poissons… utilisés chaque année dans les laboratoires. L’association a d’ailleurs financé la démonstration de l’efficacité du test de la Toxicogénomique, méthode aujourd’hui reconnue par l’Union européenne pour l’étude des effets toxiques de substances chimiques.

Le label : une réponse concrète
One Voice a participé, avec la Coalition européenne pour mettre fin à l’expérimentation animale, à la création du standard «
sans cruauté » et a développé son propre label. Certifiant le non recours aux tests sur animaux pour les ingrédients et la mise au point des produits de beauté, le champ d’application du label s’est élargi aux aliments pour animaux et, bientôt, aux produits d’entretien et d’alimentation. À travers ce label, One Voice apporte une réponse concrète à des consommateurs de plus en plus concernés et encourage l’engagement citoyen individuel et non-violent.

One VoiceFaire évoluer la législation
L’association est également très active auprès des pouvoirs publics, français et européens, pour faire évoluer la
législation et accélérer la mise en place, et l’application, de règles et de pratiques modernes, sans recours à l’animal. Une évolution souhaitée par une large majorité de Français : 85% d’entre eux sont en effet favorables à l’interdiction de l’expérimentation animale lorsqu’il est démontré que des méthodes substitutives existent (Etude Ipsos/One Voice – Février 2003).
Dans le cadre de son combat contre l’expérimentation animale, One Voice milite également pour l’interdiction des manipulations génétiques,
clonages, xénogreffes… qui, faisant fi de toute éthique et bravant les lois de la nature, condamnent chaque année un nombre d’animaux de plus en plus important et notamment des millions de souris. La vie de nos compagnons à quatre pattes et de nos cousins les primates est également trop souvent sacrifiée au nom des enjeux économiques sous couvert de progrès scientifique.

Pour une prise de conscience
Par ses actions et ses prises de position, One Voice œuvre pour une prise de conscience du public des souffrances infligées aux animaux. Elle appelle chacun à s’engager en faveur du respect de tout être vivant et, plus particulièrement, des 12 millions de victimes de l’expérimentation animale en Europe. Convaincue que la non-violence est à la base d’une société moderne, One Voice encourage chaque citoyen à adopter un comportement éthique, tant dans ses choix de vie que dans ses actes de consommation.

« On a encore trouvé chez aucune espèce animale un modèle fiable pour l’œil humain, ni en termes d’anatomie, ni en termes de réaction à l’irritation. »
Docteur D. Swanston, chercheur de Porton Down

Les chiffres de l’expérimentation animale :
12,1 millions d’animaux utilisés à des fins expérimentales dans les 27 pays de l’UE
3 pays réalisent 50 % des tests sur animaux : en ordre décroissant, la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne
33% des animaux utilisés par la recherche scientifique. Sans résultat direct sur le plan médical.
+ 892 % pour le nombre de tests réalisés pour la mise au point des aliments pour les animaux familiers
+ 107 % pour les tests cosmétiques alors que la directive 2003/15/CE vise à interdire l’utilisation des animaux
+ 4,86 % en France pour le nombre d’animaux utilisés par rapport à 2001
+ 140 000 souris utilisées en France par rapport à 2001
336 727 animaux euthanasiés, en France, dont 285 chiens et 229 primates
(Extraits du Rapport statistique 2005 de la Commission européenne et du Rapport statistique 2004 du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche français)

5 commentaires »

  1. Jack Herer dit :

    Il faut noter, qu’a force de domestiquer les animaux, nous nous permettons de leurs réduire leur sixième sens, l’instinct. Chose que nous avons comme « échangé » avec ce que nous appellons les capacités de réflexion ou même la conscience, grave erreur d’ailleurs, car même les plantes ont conscience de leur environnement et les animaux réfléchissent pour survivre, excepté médor&co, bref, les domestiqués. Tout ça pour en venir au fait que l’homme est jaloux des animaux, de leur « simplicité » et voyant leur superficité, obligés de s’armer (s’outiller) pour survivre, ils utilisèrent alors leurs pouvoirs pour asservir des animaux, les plus dociles. Mais par contre la viande rouge, jpeux pas faire sans…

  2. Zon'art dit :

    est-ce que tu as deja entendu parler des vache hublo ?
    mon dieux !! jusqu’ou l’etre humain poussera-t-il encors ses vices !!??

  3. Solène dit :

    Bonjour Marie-Laurence,

    Je suis une amie de Lindsay (elle a peut-être du t’en parler) et je travaille actuellement sur les militants de la cause animale. J’ai pris connaissance de ton blog, de toutes les rubriques et c’est vraiment bien construit, bien expliqué.
    Serais-tu disposée à m’en dire plus sur ton engagement, en sachant que ce travail n’a pas vocation à être publié, il est effectué dans un but purement scientifique.
    A bientôt,
    Solène

  4. Nom dit :

    Les produits cosmétiques élaboré sur des lapins ou des rongeurs ont pour objectifs d’éviter tous effets secondaires indésirables sur eux. Malheureusement, j’appartiens à une autre espèce et du coup, je suis obligé de porter mon choix sur d’autres produits

  5. Nom dit :

    J’ajouterais encore:
    En donnant de l’argent pour la recherche sur des médicaments, vous pensez bien faire mais, probablement… 1)Votre don permettra de torturer des innocents supplémentaire 2)Vous confortez des chercheurs dans leur massacre quotidien. Ils ont toujours fait comme cela, alors pourquoi changer, il est tellement plus préférable de se tromper en groupe plutôt que tout seul!!!!
    3) Le temps passe, les résultats ne sont pas là et le massacre continue…

    Proposition:
    1) Refuser tout don si vous n’avez pas de certification comme quoi la recherche utilisera un moyen plus rapide et efficient que la vieille méthode hasardeuse. Recherche in vitro, autres….

    2) Refuser tout don dans le cas où une substance existerait mais serait ignorée car non brevetable.

    3) Les dons du public doivent servir à l’élaboration d’un traitement pour le public (domaine public) et non pour une entité pharmaceutique qui si elle trouve un traitement se fera un plaisir de le breveté et de le commercialisé avec une marge confortable

    Je vais faire dodo

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

uneaura4etoiles |
Fanatique d'esprit |
Scravic |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | New EVENING Newcastle CHRON...
| Archives Montségur 09
| Paroles de Soie