Spiritualité, militantisme, vie du monde et vie quotidienne

Ouverture d'esprit

Le harcèlement moral

51z8t46q93lsl500aa240.jpg

Le harcèlement moral, un véritable problème de société ? Marie-France Hirigoyen, psychiatre et psychanalyste, décrit, à partir de nombreux témoignages, les différents visages de cette violence perverse qui, sous de multiples formes insidieuses et par des sous-entendus perfides, réussit à dégrader l’autre et à détruire la confiance qu’il se porte sans avoir besoin d’exercer sur lui la moindre agression physique. Cette persécution psychique est une véritable manipulation morale qui n’est plus cantonnée aux relations privées. Elle est ainsi devenue, au sein de l’entreprise, une méthode banale et efficace pour faire partir ceux que l’on ne veut pas licencier, au mépris de leurs droits et de leur équilibre psychologique.  Un livre passionnant, qui a l’immense mérite de démontrer que le harcèlement moral n’est possible qu’au prix de la complicité de l’entourage de la victime. Une exhortation donc pour chacun d’entre nous à être plus courageux et à ne pas tolérer au quotidien d’être le spectateur passif d’une telle pratique. –Paul Klein  Mais, au fait, quel est le profil du harceleur, celui que Marie-France Hirigoyen appelle le « pervers narcissique »? Serge Hefez nous éclaire:

Petite leçon de psychologie: le pervers narcissique et ses complices

Les pervers narcissiques n’éprouvent aucun respect pour les autres, qu’ils considèrent comme des objets utiles à leurs besoins de pouvoir, d’autorité, ou servant leurs intérêts. Il font des promesses qu’il ne tiendront pas, sachant que les promesses n’engagent que ceux qui y croient. Pris en flagrant délit de mensonge, ils sont capables de nier avec un aplomb hors du commun…
Charité bien ordonnée commençant toujours par soi-même, ils savent parfaitement et farouchement défendre leurs intérêts dont ils ont toujours une vision très claire. Ils essaient de profiter à chaque instant de toutes les opportunités, de toutes les personnes rencontrées, et ces personnes sont systématiquement instrumentalisées pour en tirer, autant que possible, avantage pour eux. Comme pour tous les narcissiques, tout leur est dû. Ils n’admettent aucune remise en cause et aucun reproche.

Les pervers narcissiques sont incapables d’aimer les autres. Dans leur immense majorité, ils n’ont aucune «humanité», aucun sentiment humain, aucun état d’âme, aucun affect. Ils sont froids et calculateurs, totalement indifférents à la souffrance d’autrui. Mais tout en étant, le plus souvent, incapables d’avoir des sentiments humains, ils simuleront le fait d’être emplis, en apparence, de bons sentiments et d’une sincère empathie pour autrui.

Les déceptions entraînent chez eux de la colère ou du ressentiment avec un désir de revanche. Cela explique la rage destructrice qui s’empare d’eux lors des séparations. Quand un pervers perçoit une blessure narcissique (défaite, rejet), il ressent un désir illimité d’obtenir une revanche. Ce n’est pas, comme chez un individu coléreux, une réaction passagère et brouillonne, c’est une rancune inflexible, implacable à laquelle le pervers applique toutes ses forces et ses capacités de raisonnement. Et alors, il n’aura de cesse d’assouvir son dessein de vengeance.
Les pervers narcissiques ont souvent besoin de haïr pour exister. La haine peut être chez eux un moteur très puissant.

Souvent, le pervers narcissique est quelqu’un qui n’a jamais été reconnu dans sa personnalité propre, qui a été victime d’investissement narcissique important de la part de ses parents et qui a été obligé de se construire un jeu de personnalités (factices), pour se donner l’illusion d’exister.

Du fait d’une histoire personnelle, où il ont été, par exemple le bras armé d’un de leurs parents, les pervers n’ont pas pu se réaliser. Ils observent alors avec envie ce que d’autres qu’eux ont pour y parvenir.
Les pervers narcissiques ne sont jamais sincères, toujours menteurs. Ils peuvent aussi bien dire la vérité que mentir avec aplomb. Le plus souvent, ils effectuent de sensibles falsifications de la vérité, qu’on ne peut pas vraiment qualifier de mensonges, et encore moins de constructions délirantes. Mélanger le mensonge, la sincérité et la franchise —ce qui est, pour l’autre, très déstabilisant— fait partie de leur jeu.

Le déni (de leurs défauts, de l’autre) leur permet de «s’aimer» (et de s’aimer toujours plus). Ils se mentent à eux-mêmes, sur leur vraie valeur, sur ce qu’ils sont réellement. A certains moments, ils finissent par croire à leur mensonge, à d’autres, ils en ont conscience. C’est toute l’ambivalence de la pathologie mythomane. Le pervers narcissique est un «comédien né». Ses mensonges à force d’entraînement sont devenus chez lui une seconde nature.
Sa palette de personnalités, de personnages, d’émotions feintes est étonnante. L’éventail de son jeu d’acteur est infini, sans cesse renouvelé.
Il donne le plus souvent l’image d’une personne parfaitement calme, ne s’énervant jamais.
Le pervers narcissique est le plus souvent doté d’une combativité extrême et d’une capacité de rebond remarquable. Sa mégalomanie, son narcissisme, voire sa paranoïa, renforcent cette combativité. Souvent immensément orgueilleux, voire mégalomane, le pervers narcissique aime gagner, à tout prix, sans fin, et ne peut admettre, une seule fois, de perdre. Il est prêt à tout, même aux coups les plus retors, pour ne jamais perdre. Le pervers est comme un enfant gâté. S’il ne rencontre pas de résistance, il ira toujours plus loin.
A la longue cette tendance, qui peut lui assurer une dynamique du succès pendant un certain temps, devient une addiction. Signe de sa mégalomanie, elle la renforce en retour, et l’amène à ne plus pouvoir tolérer la moindre frustration ou contradiction.

«Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose !» (Beaumarchais).
Le pervers narcissique a le talent de diffamer sans avoir l’air d’y toucher, prudemment, en donnant l’apparence de l’objectivité et du plus grand sérieux, comme s’il ne faisait que rapporter des paroles qui ne sont pas les siennes. Souvent il ne porte pas d’accusation claire, mais se contente d’allusions voilées, insidieuses. A la longue, il réussira à semer le doute, sans avoir jamais prononcé une phrase qui pourrait le faire tomber sous le coup d’une accusation de diffamation.

Situations cliniques :

• Le déni : «La France n’a jamais commis de génocide», en France, on a rien fait, la collaboration n’a pas existé, donc nous n’avons pas besoin de repentance (et on tue en même temps le Père en détruisant le remarquable travail de mémoire accompli par son prédécesseur).

• La diffamation sans y toucher : «ON égorge des moutons dans les baignoires », le ON anonyme du mépris et du colonialisme.

• Frapper l’autre d’inexistence pour le mépriser et le déstabiliser : je ne regarde pas mon adversaire au cours d’un débat, je dis «elle» en regardant un témoin.

• La jouissance du sous-entendu : « Je dis tout haut ce que tout le monde pense tout bas». Ce qu’on pense tout bas, ce n’est en général pas très beau, et justement, on ne le dit pas. Ou «en France, on ne peut pas dire les choses» : par exemple, les nègres nous emmerdent, foutons les dehors…

• Provoquer la sidération et l’adhésion de l’entourage en le confrontant à l’horreur absolue : par exemple parler longuement du calvaire de la mère de Sohane pour faire passer une loi sur la récidive.

• Etre mégalomane, ne pas supporter le moindre accro à sa propre image : faire virer un grand patron de presse pour avoir été montré sous les traits ridicules du cocu.

• Enfance : venger une mère abandonnée qu’on ne quitte qu’à l’âge de 28 ans.

• Amour de la traîtrise : prendre pour porte-parole celui qui a trahi et calomnié son propre camp…

Mais vous avez sûrement en tête d’autres situations…

Allez, bonne continuation.

Serge Hefez

  

Voici le site d’une association qui se consacre à la lutte contre le harcèlement moral:

 http://www.hmstop.com/index.php

Vous trouverez ici un nombre étonnant de témoignages de victimes:

http://forum.doctissimo.fr/psychologie/harcelement-moral/sujet-relatif-581.htm

 

 

Comment guérir?

Eh bien tout d’abord, la prise de conscience. Je conseille le livre de Marie-France Hirigoyen, trouvable sur le net et en librairie. Il est expliqué plus haut ce qu’est un pervers narcissique et comment le reconnaître, mais ce n’est pas suffisant. Lisez cet ouvrage, et consultez un spécialiste – psychiatre ou psychologue, cela est trop souvent indispensable.

Ensuite, il faut accepter que l’on ne soit pas coupable de la situation, que l’on a été victime. C’est un processus très important puisqu’il déculpabilise. Les pervers narcissiques excellent malheureusement dans cet art ; culpabiliser leurs victimes…

Le stade suivant est la colère. Pourquoi moi ? Comment a-t-il pu me faire ça ? Quel s… ! Si vous ne parvenez pas à éprouver de la colère, c’est qu’une consultation chez un spécialiste s’impose. L’état de tristesse ne doit pas durer trop longtemps ni aller trop loin. (Etats suicidaires…) Pour vous aider à vous mettre en colère, écrivez tout ce qui vous a été fait d’horrible et travaillez cette colère par le biais d’une lettre au bourreau sur le thème « Tout ce que je n’ai jamais osé/pu te dire ». Lisez-la à voix haute, à votre psy ou à une personne de confiance. Il n’est pas nécessaire de l’envoyer au bourreau, sauf si vous tenez à le faire.

La règle d’or : ne jamais s’attendre à ce qu’il/elle change !

Les victimes doivent reconsidérer ce qu’elles sont prêtes ou non à accepter dans leur vie. Retrouver leur dignité. S’ensuit ainsi une période de remise en question doublée d’un détachement – voir d’indifférence vis-à-vis de son bourreau.

Je vous souhaite bon courage à tous.

20 commentaires »

  1. chantal dit :

    Et oui, c est sur, tous ces ecrits me parlent…
    Que de soulagement quand enfin pouvoir expliquer ce qui paraissait inexpliquable, comprendre ce qui paraissait incrompréhensible.
    Et maintenant pouvoir le faire connaitre grace à ce livre merveilleux qui retire ce poids énorme qui conduit vers un meilleur avenir.

  2. AZAIS dit :

    merci marie de tout cet enseignement

  3. anna dit :

    mon amie enfin tu oses t exprimer bravo ca va te liberer je suis de tout coeur avec toi comprennant tres bien ce que tu ressents bravo gros bisous

  4. Tony dit :

    Ah oué quand même cette lettre pour ton père … je ne t en aurais pas cru capable … Bon tu sais déjà tout ce que j’en pense et a quel point je comprend. Je suis triste pour Anna et inquiet aussi … une chute d’un piedestal peut faire très mal et Didier est un grand orateur … Prenez soin de vous et ne tentez pas le diable …

  5. AL dit :

    J’ai appris un nouveau nom aujourd’hui papa=pervers narcissique (sourire en coin…) comme quoi il n’y a pas d’age pour apprendre du vocabulaire…
    Pas étonnant que j’ai eu ce « coup de coeur » en vous rencontrant la première fois petit chaton, il parait que « les enfants du silence » se reconnaissent entre eux.
    Note pour plus tard : il faut que je brûle mon arbre généalogique… Trop pourri (lol)

  6. AZAIS dit :

    POUR TOI MARIE MERCI TOI AUSSI TONY MAIS QUE POURRAIS TIL ARRIVE DE PIRE A UNE FEMME QUI A CRU TROUVE ENFIN LE BONHEUR.. LA MORT EST PEUT ETRE UNE DELIVRANCE ET OUI JE L AIMAIS

  7. Tony dit :

    La mort ne délivre de rien du tout.Et personne ne mérite qu’on meurre a cause de lui … Le temps fera son effet … Entoure toi des gens qui t’aiment et laisse le temps à la blessure de guerir … tu verra ça fonctionne avec le temps … Je te souhaite bien du courage mais je suis convaincu que tu l’as ^^

  8. AL dit :

    Se donner la mort pour quelqu’un , est une délivrance!!!
    Je ne suis pas d’accord, ce n’est qu’un constat d’échec, c’est tout! ou de faiblesse
    Je ne suis pas « dure » mais la vie est précieuse… En plus se flinguer pour un connard c’est le comble !
    Le vent tourne… Demain peut etre meilleur si l’on se bat (il faut le vouloir et y croire!)les deuxièmes chances cela existe.
    Anna : ne donne à personne le pouvoir de décider de ta vie ! elle n’appartient qu’à toi… Rien n’est jamais perdu… tu dois croire en toi… Le temps n’efface rien mais t’aidera à te reconstruire si tu le souhaite vraiment…Ne lui donne pas cette satisfaction, ces êtres se nourrissent ne nos souffrances et de notre humanité. Montre lui ce que c’est qu’une femme! quelqu’un qui peut survivre à tout! l’histoire ne manque pas d’exemples !

  9. anna dit :

    je devais le revoir avant de savoir toute la verite marie..tu sais depuis plus rien comme si il avait disparu..oui al tu dois avoir raison mais tu ne sais as par ou je suis passee.. trop de souffrances tue meme sans se donner la mort ..j ai etais battue violee j ai vu mourir mon petit fils enterre mes deux freres alors.. j y ai cru au bonheur .. mais j ai de la force de caractere alors je tiendrais et tu sais marie je t apprendrai a oublier ta haine..bisous a vous

  10. anna dit :

    si tu me le permets marie je te raconterais la vie d une petite fille qui a commence a souffrir a 4 ans et qui n as jamais arette et pourtant elle aime les fees bizarre non bisous ma puce

  11. anna dit :

    ma puce je t ai envoye deux mails .. j essais de tourner la page mais pas facile. je te remercie de ta gentilesse . bisous ma puce

  12. anna dit :

    meci marie mais que peut ton faire avec les sentiments je sais que c est pas un homme bien helas loi je l aime et je n arrive pas a luttre contre ca..tu vois ma puce j en suis arrive a demenager pour oublier .triste n est ce pas. j aurais tellement voulu le rendre heureux..dis dis moi ou je peux me faire soigner lol bisous ma puce

  13. anna dit :

    ptdr j ecris tout de travers…si tu veux une photo je te l enverrais peut etre q on me trouveras pas si moche que je crois bisous m puce

  14. AL dit :

    Pour Anna :

    Vous êtes encore très belle ma chère !
    Un jour prochain, un homme bien (si si cela existe lol)croisera votre chemin et ce jour là tel le phénix…Vous renaîtrez…

  15. ANNA dit :

    MERCI AL MAIS
    JE ME SUIS CONSTRUIT UN MUR

    UN MUR OU RIEN NE PEUT M ATTEINDRE

    UN MUR DERRIERE LEQUEL SE CACHE

    ANNA LA BELLE COMME VOUS DITES

    UN MUR QUE J AI CONSTRUIT JOUR APRES JOUR

    NUIT APRES NUIT

    DEVANT IL Y A LE RIRE

    DERIERE LES SOUVENIRS

    ET CHAQUE FOIS QUE J ESSAIE DE LE DETRUIRE

    UN EVENEMENT ME LE FAIT RECONSTRUIRE

    SOUVENT TRISTE

    JE REMONTE LE MUR ET

    REVIENS LE RIRE..

    puree j aurais du etre macon lol

    be tous les ritals le sont non lol ..

    BISOUS VOUS BON JEUDI
    ..

    http://www.youtube.com/watch?v=iT1pzgdjj_U

  16. ANNA dit :

    BISOUS MA PUCE ..

  17. AL dit :

    Anna
    Une certaine Rebecca Wells a dit : Me reveiller chaque jour et jouer de mon mieux les cartes qui m’ont été distribuées…
    Ok nous n’avons pas tous un bon jeu au départ ! (Je suis bien placée pour le savoir, je n’ai jamais eu de bonnes cartes de toute ma vie)
    mais malgré tout je m’accroche à tout ce qui peut me faire survivre, comme une morte de faim ! Nous avons tous besoin d’un mur solide pour nous protéger car le monde, ne ressemble pas à Alice au pays des merveilles
    Mais plus à vendredi 13 (lol)
    Ne cherchez pas à démolir ce mur (même pour une italienne c’est du boulot!) mais plutôt à y faire une porte (ok avec blindage quand même et alarme pour la nuit, on ne sait jamais…)
    De temps en temps l’ouvrir… Une parole réconfortante
    pourrait y entrer… Le son d’une voix douce (comme celle de Marie) pourrait vous parvenir.. Le sourire d’un inconnu qui vous trouve jolie et qui pourrait faire briller vos yeux qui ont tant pleurés… Un rayon de soleil qui vous caresserait la peau de sa chaleur bienfaisante… Le son d’une musique oubliée…
    Moi c’est le rire une petite fille de 7 ans… Et qui lorsqu’elle me voit me dit : Tata… Je t’aime fort…
    C’est le regard de ma soeur qui me dit sans jamais parler… Tu peux compter sur moi… C’est le chant d’un oiseau au milieu du vacarme du trafic…
    Tu vois ce que je veux dire (avec certes ma maladresse)
    Et si tu croises l’autre cinglé ! tu lui claques la porte au nez et tu branches l’alarme !(lol)

  18. ANNA dit :

    OUI AL VOUS AVEZ RAISON AIS COMME VOUS J AI BEAUCOUP SOUFFERT COME VOUS ET MARIE..BIEN SUR UN SOURIRE D ENFANT LE MURMURE DU VENT..QUAND J A EU MON CANCER LE SOIR KJE DISAIS.. FAITES QUE JE VOIES GRANDIR MES ENFANTS ET LE MATIN EN ME REVEILLANT JE ME DISAIS UN JOUR DE PLUS DE GAGNER.. PUIS UN PEU A LA FOIS EN GRANDISSANT . ILS ONT FAIT LEUR VIE CE QUI EST NORMAL .MOI DANS MA SOUFFRANCE JE ME SUIS BLINDEE DU MOINS JE L AI CRU, J USQUAU JOUR OU J AI VU MOURIR MON PETIT FILS DANS LES BRAS DE MA FILLE ET LA J AI EU ENVIE DE HURLER.. MAIS CHUT ANNA RESISTE DIS RIEN ELLE A BESOIN DE TOI . SUTOUT PLEURE PAS .. CONSOLE DIS RIEN CHUT.. ALORS LE MUR S EST REMIS EN PLACE
    MEME QUAND MON MARI M AS QUITTTE J AI TENU BON .. J AI MEME PAYE SES DETTES..ET DIDIER EST ARRIVE J AI CRU QUE LE MUR ALLAIT ENFIN S EFFONDRER ET NON IL SE RECONSTRUIT DE PLUS BELLE. MAIS JE VAIS ESSAYER DE METTRE UNE PORTE.. PROMIS.. MERCI MARIE DE ME PERMETTRE DE M EXPRIMER TU VOIS MA PUCE JE T ECRIS JE REPONDS A AL ET JE PENSE A SAMEDI LE 6 JOUR DE SON ANNIVERSAIRE DOMAGE TOUT CA ET DESOLE DE TE LE FAIRE SUPPORTER BISOUS AL.. BISOUS MA BELLE MARIE

  19. Zaz dit :

    Bonsoir,
    Votre blog m appris énormément sur la personnalité de mon futur ex ;merci pour l espoir que votre témoignage sucite en moi.
    Ma vie pendant longtemps a été unehistoire de science fiction ;je viens de passer l étape de la découverte et du monde qui s écroule ,des démarches ,de la débrouille pour garder le cap pour mes enfants ;
    BIZS

  20. Rosa dit :

    bonjour à toutes,

    je viens de faire un tour dans le site, excellent d’ailleur. Mais je viens m’excuse auprès de vous.
    j’ai vécu 20 ans avec un homme, puis j’ai divorcée, et j’ai repris une relation qui à durer 3 ans.
    Aujourd’hui ma relation est terminé. vous savez pourquoi sans doute. Moi qui croyais avoir été manipuler pendant 20 ans et 3 ans. Pour me rendre compte que c’était moi la manipulatrice ça fait mal.
    j’ai menti au gens, afin d’obtenir leur amitié, j’ai toujours demander les choses indirectement afin que je ne les est pas a demander, lorsque je ment je fait en sorte de toujours retomber sur mes pied, et quand ce n’st pas le cas. et bien je prend la fuite, afin de ne pas avoir à me sentir dimunuer. sans le vouloir je fait du mal aux autres.
    Je comprend que la fuite est le meilleur moyen, je souffre d’etre comme cela c’est une honte, je veux changer etre comme moi avoir des opinion a moi, et des pensée a moi, j’aimerais aussi ne pas avoir le pouvoir sur l’autre, et que l’on m’aime pas grace à ma manipulation.
    vous l’avez compris je suis une manipulatrice, j’en est honte et je veux guerir, et mon dieu que c’est dure.
    si l’une d’entre vous connait des groupe de parole, ou autres technique pour guérir cette patalogie je suis la. Si vous pensez que c’est a moi de chercher je suis deja en train de le faire, mais on parle beaucoup plus des ravage de la victime. que de moi!!!
    je ne veux pas etre un bourreau, ni une victime, et encore moin d’un sauveur, je veux serieusement en guerir

    merci et bon courage à vous. Car moi qui suis manipulatrice, et que je m’en rend compte, j’imagine le manipulateur qui ne se regarde pas en face.
    oui je vous le dit FUYEZ!!

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

uneaura4etoiles |
Fanatique d'esprit |
Scravic |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | New EVENING Newcastle CHRON...
| Archives Montségur 09
| Paroles de Soie