Spiritualité, militantisme, vie du monde et vie quotidienne

Ouverture d'esprit

Le grand oubli

 

Dialogue avec mon mental

sur

Le grand oubli 

Lorsque l’on s »est engagé – même modestement – sur la voie de la spiritualité et de la conscience de soi, une question peut rapidement s’imposer et nous torturer l’esprit.

« Qui est ma famille? Puisque je ne me limite pas à mon identité terrestre actuelle, qui suis-je? De quelle planète je viens? Quel est mon rôle ici? »

Beaucoup d’êtres vivent ce questionnement lié à l’oubli consentit, à l’amnésie dont nous sommes frappés lors de notre incarnation. Et n’est-ce pas plus frappant depuis la montée des énergies de l’ère galacatique qui nous promet la résurgence de nos souvenirs?

J’aimerais savoir si je viens de la belle Vénus décrite dans Alliance, je rêve de Mars dont les êtres sont si évolués que le contact avec notre densité a été longtemps quasi impossible… Bien sûr, je me dis que mes rêves sont bien présomptueux. Il faut arrêter le fantasme, je me sens comme une mauvaise élève sur la planète école et tente de faire taire mon mental agité. Il me répond que la recherche identitaire est un sujet sérieux qui n’a aucun lien avec l’égo.

Alors, peut-être suis-je une enfant des intra terrestres perdue à la surface?

J’entends des rires attendris et d’autres qui se reconnaissent. Le rire est contagieux, je ris aussi. Et si tout cela n’avait pas la moindre importance? Si je n’ai pas la réponse, c’est que celle-ci n’aurait rien à m’apprendre sur moi-même. Car si je suis venue vivre l’oubli, je me souviens pourtant de l’essentiel. Cette matière, ce bagage de souvenirs varie d’un être à l’autre mais tout est là pour chacun. Je manque de confiance en moi-même si je crois être venue sans m’assurer d’emporter au moins tout le nécessaire.

Certes, personnellement, je ne me suis pas beaucoup emcombrée, je me le reprocherais presque. Ceci dit quel intérêt cela aurait-il d’être venue sur terre en sachant exactement tout ce que j’allais y vivre? La quète de soi-même dans un monde aux vibrations si fortes et croissantes peut être une véritable extase de chaque instant, la joie constante de voir le mystère se résoudre à chaque pas. Pour vivre cette euphorie trépidante, il faut bien sûr faire taire son mental, etdans mon cas, ce n’est pas gagné. Mais pourquoi serais-je en train de lire ce roman de ma vie si j’en connaissais la fin ainsi que chaque intrigue?

C’était prévisible, mon cher mental se débat et s’insurge. « Tu t’es incarnée pour une raison précise. Comment réaliser un plan de vie dont tu n’as aucun souvenir? Tu ne seras jamais au bon endroit, au bon moment, tu n’auras pas les bonnes connaissances ou la bonne attitude… » Il s’échauffe, se fâche, désespère, permettez-moi de le rassurer un peu.

Il est essentiel d’être déterminé à faire ce pour quoi on est venu. Mais la surprise dans ce monde est qu’il est impossible d’être au mauvais endroit au mauvais moment. Je serais toujours parfaitement où je dois être. Non, il n’y a aucun incendie dans une maison dont j’aurais oublié la clé et l’existence. Chaque chose a été divinement préparée par moi-même. Divinement car depuis mon incarnation, en prenant un peu de recul je réalise que tous les évènements que je ne comprenais pas prennent un sens d’une évidence grandiose. Je peux faire des liens dont je n’aurais jamais soupsonné l’existence. Tout cela m’a ammené aujourd’hui là où je suis à faire ce que je fais. Certes, je ne peux pas expliquer pourquoi j’y suis et ce que j’y fais te paraît dérisoire. Pourtant comment cela pourrait-il n’avoir plus aucun sens, du jour au lendemain?

Mon mental consent à se rendre à l’évidence sur ce point, pour l’instant, précise-t-il. Un autre doute l’envahit et il cherche à me le communiquer. Il souffre de la séparation liée à sa conscience de 3ème dimention qui s’effrite.

« Comment peux-tu réaliser quoi que ce soit toute seule? Tu parles de l’Unité, de l’entraide mais tu ne sais même pas qui est ta famille au-delà de ce monde! »

Il me transmet par là un peu de sa nostalgie. Je me trouve incohérente et l’espace d’un instant, il semble avoir raison.

C’est alors qu’une voix se fait sentir davantage qu’elle ne se fait entendre.

« Ne crains pas la solitude, crains plutôt l’illusion qui s’insinue en toi pour te faire supposer que la séparation est réelle. Nous sommes toujours là auprès de toi. C’est le voile de la souffrance et de l’ignorance qui te cache notre présence et notre amour. Lève le voile, allume la lumière dans ton coeur et tu verras clairement que la distance est une création de ton mental.

Il n’existe jamais ni solitude ni séparation. Ces notions viennent de l’ombre et n’ont plus leur place dans ce nouveau monde [qui arrive]. Quand quelqu’un te manque, tu vis en réalité dans l’oubli de l’unité. Un être aimé ne peut pas manquer! Il est moi, toi, nous chaque seconde. »

Ouf! Mental K.O pour ce soir. Vite aller se coucher avant qu’il se réveille.

 

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

uneaura4etoiles |
Fanatique d'esprit |
Scravic |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | New EVENING Newcastle CHRON...
| Archives Montségur 09
| Paroles de Soie