Spiritualité, militantisme, vie du monde et vie quotidienne

Ouverture d'esprit

Le Karma

karma01.jpg 

Même en Asie, où le concept de karma est très ancien et a été intégré dans un très grand nombre de cultures, il est souvent mal comprit. Considéré d’un point de vue négatif et passéiste, le karma a été utilisé pour encourager les membres défavorisés de la société à accepter que leur situation était due leur propre fait. En effet, les souffrances présentes sont attribuées aux effets négatifs des erreurs du passé.

Considérant qu’elles sont responsables de leur situation, certaines personnes sont en proie à un sentiment d’impuissance. Mais ceci ne reflète pas le sens initial du concept de karma dans la tradition bouddhiste. Accepter l’idée du karma ne revient pas à vivre sous une chape de culpabilité et d’anxiété, sans connaître les actions négatives que nous avons pu faire par le passé. Au contraire, c’est être convaincu que notre destin est entre nos mains et que nous avons le pouvoir de le transformer positivement à tout moment.

En termes simples, le mot « karma » signifie « actions », désigne le fonctionnement universel du principe de causalité, qui se retrouve aussi au cœur de la science moderne. Celui-ci nous assure que tout, dans l’univers, est soumis au principe de cause et d’effet. « Chaque action entraîne une réaction égale et opposée ». C’est là un principe bien connu. La différence entre la causalité matérialiste de la science et le principe bouddhiste du karma est que ce dernier ne se limite pas à ce qui est visible ou mesurable. Au contraire, il englobe les aspects invisibles et spirituels de la vie, tels que la sensation ou le sentiment de bonheur ou de désespoir, de bonté ou de cruauté.

A l’origine, le mot sanscrit « karma » signifiait « travail » ou « fonction » et il était associé à des verbes qui signifiaient simplement « faire » ou « agir ». Selon le bouddhisme, nous créons le karma à trois niveaux : par la pensée, par la parole et par les actions. Bien entendu, les actes ont un impact plus grand que les simples mots. De la même manière, lorsque nous exprimons nos idées, cela crée davantage de karma que le simple fait d’y penser. Néanmoins, sachant que les paroles comme les actes prennent naissance dans la pensée, le contenu de nos cœurs (nos pensées) est également d’une importance cruciale.

Le karma peut être considéré comme notre personnalité première, comme les tendances profondes qui ont été imprimées dans les strates les plus profondes de nos vies. Les cycles les plus profonds de la cause et de l’effet dépassent l’existence présente ; ils définissent la façon dont nous commençons cette vie (nos circonstances particulières au moment de la naissance) et se poursuivront au-delà de notre mort. La pratique bouddhique a pour but de transformer le sens fondamental de notre vie afin de réaliser notre plein potentiel humain au cours de cette vie et au-delà.

Comme l’affirme un ancien texte bouddhique: « Si nous voulons comprendre les causes créées dans le passé, observons les effets qui se manifestent dans le présent. Et si nous voulons comprendre les résultats qui se manifesteront à l’avenir, observons les causes qui existent dans le présent. »   

Comme toute chose, le karma est donc en évolution constante. Nous créons notre propre présent et avenir par les choix que nous faisons à chaque instant. Interprété ainsi, l’enseignement du karma ne favorise pas la résignation mais nous donne les moyens de devenir les protagonistes de l’histoire de notre vie ici et maintenant.

terre.jpg

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

uneaura4etoiles |
Fanatique d'esprit |
Scravic |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | New EVENING Newcastle CHRON...
| Archives Montségur 09
| Paroles de Soie